Après Nice, interpellation d’un chauffeur de VTC fiché S

Théoriquement pour être chauffeurs de VTC il faut avoir un casiers judiciaires vierges, mais apparemment ils peuvent être fichés S pour radicalisation. Alors que faut-il, vraiment,  pour exercer ce métier ?
Suite à l’attentat de Nice et a l’interpellation dans la nuit de dimanche à lundi d’un chauffeur  VPC, chez qui on a trouvé des détonateurs, quatre bâtons de dynamite de 100 g et des documents pouvant clairement faire penser à sa radicalisation. Les Français se posent biens des questions. Mais qui peut être chauffeur de VTC ?
Déjà, il y a les conditions imposées par les sociétés aux candidats (comme la voiture spécifique…) pour être intégré chauffeur de VTC chez eux.

Mais d’autres critères sont obligatoires pour exercer cette profession.

Tout est détaillé sur le portail du ministère de l’Intérieur: Bien sûr, il faut détenir un permis B depuis plus de trois ans, une attestation d’aptitude physique, établi par un médecin agréé par la préfecture il faut être diplôme de prévention et secours civiques de niveau 1, il faut passer et réussir un examen comprenant 110 questions à choix multiples sur la sécurité routière, la réglementation, la gestion d’une entreprise, la relation client, la compréhension de la langue française et aussi de la langue anglaise ou justifier d’une expérience de chauffeur professionnel de transport de personnes d’une période d’un an au moins,  durant les dix dernières années.

Il y a aussi, cette close, « Sont interdits d’exercer les chauffeurs condamnés pour certains délits: peine d’au moins six mois de prison pour vol, abus de confiance, délit du code de la route, etc,

C’est-il précisé à la fin de l’énumération. En bref, il faut un casier judiciaire vierge, confirme le ministère des Transports qui s’occupe de la procédure. En clair, casier vierge !
Il faut aussi que le postulant soit détenteur d’une carte professionnelle VTC et soit inscrit au registre VTC (a renouveler tous les cinq ans).
Pour être à jour point de vue réglementation et  évolutions des pratiques professionnelles, le chauffeur doit suivre un stage de formation continue qui dure au moins sept heures, cela tous les cinq ans, en centre agréé. En fin de stage, l’organisme lui fournit une attestation, signée et datée, qui est valable 5 ans. Dans l’inverse, il ne peut plus exercer.
Malgré tout cela, les fichés S peuvent apparemment passer entre les mailles du filet.

Après Nice, interpellation d’un chauffeur de VTC fiché S
Noter cet article
Après Nice, interpellation d’un chauffeur de VTC fiché S

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *